« Prof », elle l’était, avec bonheur.

« Prof », elle l’était, avec bonheur. Lorsqu’elle était au plus fort de l’angoisse, elle regardait ces jeunes passer devant elle pour entrer dans la classe. C’était un moment de bonheur. Certains la saluait d’un mot, d’un sourire, d’un clin d’œil, sans dévisser leur casquette, d’autres branchés à leurs baladeurs, levaient le pouce en signe de contentement […]

 
Continue reading →

Les mères doivent prendre soin d’elles-mêmes

Les femmes consultent beaucoup. Habituées qu’elles sont à être attentives aux petits riens de la vie quotidienne, de leur entourage, soucieuses de rester en bonne santé pour que rien ne déraille autour d’elles, elles traquent le moindre dérapage de leur corps pour faire échec à la maladie, à la mort. Leur bonne santé et le […]

 
Continue reading →

Il est des visages marqués par l’âge et la souffrance, qui sont d’une rare beauté

Récemment, son corps s’était alourdi, empâté par la boisson, bouffi par les cigarettes, raviné par les insomnies, chiffoné par les déceptions. Sa taille s’était épaissie. Les paupières lourdes, la peau fripée de minuscules ridules, le teint pâle, ne parvenaient à ternir sa grâce. Son allure n’était pas altérée, son corps généreux se mouvait avec charme, […]

 
Continue reading →

L’ennui faisait partie de la vie, et l’enrichissait en encourageant l’imagination, la créativité

Quelle jouissance de ne rien faire, paresser, se prélasser, flemmarder ou tirer sa flemme – le vocabulaire à l’éloge de la paresse est d’une infinie richesse – ne pas en ficher une rame. Savoureux ! Ou encore, un mot qu’elle affectionnait particulièrement, « s’acagnarder », aux sonorités gasconnes, un rien vulgaire dans les « a », les « gna », qui […]

 
Continue reading →

Cela nous avait fait rire. Mais quel con !

« Est-ce que tu te souviens de ce jour où nous regagnions nos voitures, après un long échange sur nos problèmes – et j’en avais gros à l’époque – déjà – et toi aussi – nous avons croisé un collègue – un chic type – et l’avons salué en souriant. Il nous a lancé ‘Voilà deux […]

 
Continue reading →

Elle se recentrait déjà sur son cancer à elle, virtuel, un ersatz de l’autre, un cancer de son cancer

Blanche, la gorge serrée, resta sans paroles. Puis elle posa sa main sur celle de Jeanne. « Tu vois », dit cette dernière, « Cela m’est égal de mourir. Mais j’aurais bien aimé vivre jusqu’à cinquante ans pour pouvoir élever mes enfants ». Le silence, à nouveau, s’installa. Comment l’aider à cet instant ? Que dire ? Nous sommes […]

 
Continue reading →

J’aime quand les jours s’allongent et durent, durent, comme autrefois pendant les étés de mon enfance

Il pleuvait. Une sale pluie de fin d’hiver ruisselait sur le pare-brise de la voiture où attendait Blanche depuis bientôt une heure, se tordant en minuscules rainures nerveuses. La buée s’était peu à peu déposée sur les vitres, à l’intérieur, étouffant le bruite monotone des voitures qui passaient dans un crissement mouillé. La nuit tomberait […]

 
Continue reading →

Il prend toujours le plus cher quand il est question de choisir, persuadé que c’est un gage de qualité

Sa femme l’a quitté il y a un mois. Avant son départ, dans un dernier élan de générosité, qui lui a probablement laissé un savoureux sentiment de devoir accompli, elle avait rempli le frigo. La femme parfaite dans toute sa splendeur, jusque dans les moindres détails, et que personne n’aille lui reprocher son départ soudain […]

 
Continue reading →

Coalescence : n. f. –1537, du latin coalescere « croître avec »

Coalescence : n. f. –1537, du latin coalescere « croître avec » 1. BIOL. Soudure de deux surfaces tissulaires en contact. 2. CHIM. État des particules liquides en suspension réunies en gouttelettes plus grosses. 3. LING. Contraction de deux ou plusieurs éléments phoniques en un seul. Le Petit Robert. Ici : 4. HUM. Rapprochement de […]

 
Continue reading →