Il n’a que trente cinq ans mais en paraît cinquante

Maigre et affaibli, le SDF porte un manteau sale et élimé. Lorsqu’il croise des passants, ceux-ci pressent le pas et, instinctivement s’écartent.
C’est normal. Il sait qu’il fait peur, qu’il sent la crasse, la pisse et la sueur.
Il n’a que trente cinq ans mais en paraît cinquante. Autrefois, il a eu un travail, une femme, un enfant et une maison. Mais c’était il y a longtemps. Aujourd’hui, il n’est plus qu’une une ombre errante, un fantôme enveloppé de chiffons qui marmonne des propos incohérents.
Il tient difficilement debout, se traîne plus qu’il ne marche, vacille.

Guillaume Musso
Parce que je t’aime
Page 11
Pocket
Parce que je t'aime
 

Miss Parkinson se frottait les mains

D’ailleurs le neurologue ne m’avait-il pas assuré que mon cas semblait ressortir à une forme fruste de la maladie, qu’on pouvait espérer qu’elle n’évoluerait pas trop, pas trop vite, que je n’aurais peut-être pas à subir les degrés gravissimes de la saloperie. Je ne demandais qu’à le croire. Cependant, je ne pus me tenir de lui dire :

Parce qu’à mon âge, n’est-ce pas, on a quelque chance de mourir avant, d’autre chose. C’était un honnête homme. Ses yeux me disaient « Oui. » Miss Parkinson se frottait les mains.

François Cavanna
Lune de miel
Pages 259 et 260
Gallimard
lune de miel
 

Périmée comme un yaourt ?

– Non. Il ne faut pas qu’on sache mon âge ici sinon je me fais chasser et nous ne nous verrons plus.
– Pourquoi ?
– Je suis là en contrebande. Il y a un âge limite pour être dame rose. Et je l’ai largement dépassé.
– Vous êtes périmée ? Continue reading « Périmée comme un yaourt ? »