Pardonner ne veut pas dire oublier, ni excuser, ni absoudre

– Que devrais-je faire selon vous ?
Mark hésita quelques instants, conscient de la réaction hostile qu’il allait provoquer chez l’adolescente.
– Pardonner.
– Non ! Je ne veux pas pardonner ! se révolta la jeune fille. Je ne veux pas oublier !
Pardonner ne veut pas dire oublier, expliqua-t-il posément, ni excuser, ni absoudre. A l’inverse de la vengeance qui alimente la haine, le pardon nous délivre d’elle.

Guillaume Musso
Parce que je t’aime
Page 241
Pocket
Parce que je t'aime
 

Dans la vie, les choses qui ont le plus de valeur sont celles qui n’ont pas de prix

Le problème, c’est qu’elle ne se sentait plus en sécurité nulle part. Depuis quelques années, son existence était devenue une suite sans fin d’errances et d’excès qui la détruisaient chaque jour davantage, et le milliard de dollars dont elle venait d’hériter ne changerait rien à l’affaire.
Dans la vie, les choses qui ont le plus de valeur sont celles qui n’ont pas de prix.
Alyson avait mis longtemps à le comprendre.
Trop longtemps.

Guillaume Musso
Parce que je t’aime
Page 93
Pocket
Parce que je t'aime
 

Aucune blessure n’est irreversible. On peut transformer ses meurtrissures en force

– Je ne sais pas si tu te souviens de mon métier, mon ange… Lorsque tu m’avais demandé ce que faisais, je t’avais répondu que j’étais docteur, mais un docteur un peu spécial qui soignait les blessures de l’âme. C’est difficile à expliquer : les gens viennent me voir lorsqu’ils souffrent à l’intérieur. Ils souffrent parce qu’ils ont subi des épreuves qui leur laissent des plaies au coeur. Ce sont des douleurs difficiles à soigner…
Le médecin sembla chercher ses mots avant de poursuivre :
– Souvent, ces personnes se sentent fautives de quelque chose, même si elles ne sont coupables de rien. Mon métier, c’est de les convaincre qu’on peut renaître de ses souffrances. Aucune blessure n’est irreversible. J’en suis profondément convaincu. On peut transformer ses meurtrissures en force. Ce n’est pas quelque chose de magique. Ca prend du temps. Souvent, on ne guérit pas totalement. La douleur ne disparait jamais vraiment. Elle reste tapie au fond de nous, mais elle nous laisse revenir à la vie et continuer notre chemin. Je sais que ce n’est pas facile à comprendre, mais tu es une petite fille intelligente.

Guillaume Musso
Parce que je t’aime
Pages 91 et 92
Pocket
Parce que je t'aime
 

Parfois, tout, n’est pas suffisant

Un matin, deux ans plus tôt, son mari lui avait dit qu’il partait, qu’il n’arrivait plus à vivre « comme ça » qu’il n’en avait plus la force. Elle avait tout fait pour le retenir mais parfois tout n’est pas suffisant. Depuis, elle n’avait plus eu de ses nouvelles.

Guillaume Musso
Parce que je t’aime
Page 20
Pocket
Parce que je t'aime
 

Une rasade pour oublier sa vie d’avant

C’est ainsi.
L’homme fouille dans sa poche pour en sortir une bouteille de mauvais alcool. Bien sûr qu’il boit. Comment faire autrement ?
Une rasade puis encore une autre.
Pour oublier le froid, la peur, la saleté.
Pour oublier sa vie d’avant.

Guillaume Musso
Parce que je t’aime
Page 12
Pocket
Parce que je t'aime
 

Il n’a que trente cinq ans mais en paraît cinquante

Maigre et affaibli, le SDF porte un manteau sale et élimé. Lorsqu’il croise des passants, ceux-ci pressent le pas et, instinctivement s’écartent.
C’est normal. Il sait qu’il fait peur, qu’il sent la crasse, la pisse et la sueur.
Il n’a que trente cinq ans mais en paraît cinquante. Autrefois, il a eu un travail, une femme, un enfant et une maison. Mais c’était il y a longtemps. Aujourd’hui, il n’est plus qu’une une ombre errante, un fantôme enveloppé de chiffons qui marmonne des propos incohérents.
Il tient difficilement debout, se traîne plus qu’il ne marche, vacille.

Guillaume Musso
Parce que je t’aime
Page 11
Pocket
Parce que je t'aime