Je ne sais pas ce que ça a débloqué cette phrase, mais après, je les ai retrouvé comme avant

Mais tu n’as pas compris qu’il n’y a pas que toi qui meurs. Tout le monde meurt. Tes parents, un jour. Moi, un jour.
– Oui. Mais enfin tout de même, je passe devant.
– C’est vrai. Tu passes devant. Cependant, est-ce-que, sous prétexte que tu passes devant, tu as tous les droits ? Et le droit d’oublier les autres ?
– J’ai compris, Mamie-Rose. Appelez-les.
Voilà, Dieu, la suite, je te la fais brève parce que j’ai le poignet qui fatigue. Mamie-Rose a prévenu l’hôpital, qui a prévenu mes parents, qui sont venus chez Mamie-Rose et on a tous fêté Noël ensemble.
Quand mes parents sont arrivés, je leur ai dit :
– Excusez-moi, j’avais oublié que, vous aussi, un jour, vous alliez mourir.
Je ne sais pas ce que ça a débloqué cette phrase, mais après, je les ai retrouvé comme avant et on a passé une super soirée de Noël.

Eric-Emmanuel Schmitt
Albin Michel
Oscar et la dame en rose
 

Je me suis dit encore une fois que, décidément le catch, c’était une bonne école pour la vie

Le problème c’est que Mamie-Rose, elle avait dû apprendre à conduire avec un ami cascadeur : elle ne respectait ni les feux ni les trottoirs ni les ronds points si bien que, de temps en temps, la voiture décollait. Ça a pas mal chahuté dans la carlingue, elle a beaucoup klaxonné, et, question vocabulaire aussi, c’était enrichissant : elle balançait toutes sortes de mots terribles pour insulter les ennemis qui se mettaient en travers de son chemin et je me suis dit encore une fois que, décidément le catch, c’était une bonne école pour la vie.

Eric-Emmanuel Schmitt
Albin Michel
Oscar et la dame en rose
 

C’est chouette la vie de couple. Surtout après la cinquantaine quand on a traversé des épreuves

Alors, c’est curieux, on s’est retrouvé tous les deux à sangloter mais c’était très agréable. C’est chouette la vie de couple. Surtout après la cinquantaine quand on a traversé des épreuves.

Eric-Emmanuel Schmitt
Albin Michel
Oscar et la dame en rose
 

Seul Dieu a le droit de me réveiller

Cher Dieu,
Le petit garçon est mort.
Je serai toujours dame rose mais je ne serai plus jamais Mamie-Rose. Je ne l’étais que pour Oscar.
Il s’est éteint ce matin, pendant la demi-heure où ses parents et moi sommes allés prendre un café. Il a fait ça sans nous. Je pense qu’il a attendu ce moment-là pour nous épargner. Comme s’il voulait nous éviter la violence de le voir disparaître. C’était lui, en fait, qui veillait sur nous. J’ai le coeur gros, j’ai le coeur lourd, Oscar y habite et je ne peux le chasser. Il faut que je garde encore mes larmes pour moi, jusqu’à ce soir, parce que je ne veux pas comparer ma peine à celle, insurmontable, de ses parents.
Merci de m’avoir fait connaître Oscar. Grâce à lui, j’étais drôle, j’inventais des légendes, Continue reading « Seul Dieu a le droit de me réveiller »

 

Devant une catcheuse de classe internationale, on peut pas faire le guignol trop longtemps

– Qui aimes-tu bien Oscar ?
– Ici ? A l’hôpital ?
– Oui.
– Bacon, Einstein, Pop Corn.
– Et parmi les filles ?
Ça m’a bloqué cette question. Je n’avais pas envie de répondre. Mais Mamie-Rose attendait et, devant une catcheuse de classe internationale, on peut pas faire le guignol trop longtemps.
– Peggy blue.

Eric-Emmanuel Schmitt
Albin Michel
Oscar et la dame en rose
 

Je n’ai pas peur de l’inconnu. C’est juste que ça m’ennuie de perdre ce que je connais

Au retour, j’ai dormi longtemps. J’ai de plus en plus sommeil. Comme une fringale. En me réveillant, j’ai dit à Mamie-Rose :
– En fait, je n’ai pas peur de l’inconnu. C’est juste que ça m’ennuie de perdre ce que je connais.

Oscar et la dame en rose
Eric-Emmanuel Schmitt
Albin Michel
Oscar et la dame en rose
 

Les gens craignent de mourir parce qu’ils redoutent l’inconnu

– Les gens craignent de mourir parce qu’ils redoutent l’inconnu. Mais justement qu’est-ce que l’inconnu ? Je te propose, Oscar, de ne pas avoir peur mais d’avoir confiance. Regarde le visage de Dieu sur la croix : il subit la peine physique mais il n’éprouve pas de peine morale car il a confiance. Du coup les clous le font moins souffrir. Il se répète : ça me fait mal mais ça ne peut être un mal. Voilà ! C’est ça le bénéfice de la foi. Je voulais te le montrer.

– OK, Mamie-Rose, quand j’aurai la trouille, je me forcerai à avoir confiance.

Oscar et la dame en rose
Eric-Emmanuel Schmitt
Albin Michel
Oscar et la dame en rose