Les mères doivent prendre soin d’elles-mêmes

Les femmes consultent beaucoup. Habituées qu’elles sont à être attentives aux petits riens de la vie quotidienne, de leur entourage, soucieuses de rester en bonne santé pour que rien ne déraille autour d’elles, elles traquent le moindre dérapage de leur corps pour faire échec à la maladie, à la mort. Leur bonne santé et le bien-être de leur mari et de leurs enfants, sont une condition de la bonne marche de la famille, leur souci quotidien, notion inculquée, encore aujourd’hui, par trop de mères, qui malgré leur échec personnel, continue de vouloir que se reproduise ce modèle ancestral… Pour cette raison, elles doivent prendre soin d’elles-mêmes.

Anne-Marie Echard-Fournier
L’été en ce jardin
Page 26
 

Les larmes ont changé de camp

Je passe devant une porte emplie de chiards en couveuse. Je m’arrête. Chaque nourrisson se trouve dans un aquarium avec une petite porte comme pour nourrir des oiseaux. Ils hurlent tous. Je m’approche vers mon gosse parce que je viens de reconnaître ses pleurs parmi les autres. L’infirmière me dit : « Vous pouvez lui toucher le ventre et lui parler, ça le calmera. »

Pour la première fois de ma vie, je m’adresse à un tube digestif : « Bonjour Hippolyte, c’est moi, c’est Nicolas. C’est normal que tu dégustes parce que l’accouchement a ressemblé à Massacre à la tronçonneuse version Blue Ray. Mais vous avez assuré, ta mère et toi. Eh, petit, c’est peu dire que vous avez assuré. T’es courageux comme ta mère, mon pote. Ça va aller, je te jure que ça va aller de mieux en mieux. »

Il s’est endormi assez vite et les larmes ont changé de camp.

Nicolas Rey
Un léger passage à vide
AU DIABLE VAUVERT