Touches pas au grisbi, salope !

– Jean ? Mais il est où ? Jean ?

– Qu’est ce que vous lui voulez ?

– Y’a plus de glace et y’a plus de scotch !

– Maître Follas, donnez lui des jus de fruit, allez …

– Pas de jus de fruit, du scotch, vos jus de fruit vous pouvez vous les…

– … Allons mademoiselle ! L’oncle de Patricia vous dit qu’il n’y a plus de scotch, un point c’est tout.

– Vous n’avez qu’à en acheter, avec ça.

– Touches pas au grisbi, salope !

Michel Audiard
Les Tontons flingueurs
Film de Georges Lautner (1963)
Dialogue sur dans la cuisine entre une jeune invitée saoûle et Maître Follas (Francis Blanche)
Les tontons flingueurs
 

Mais y connaît pas Raoul ce mec ? Y va avoir un réveil pénible.

– Toi Raoul Wolfoni, on peut dire que t’en est ?

– Un quoi ?

– Un vrai chef.

– Mais y connaît pas Raoul ce mec ? Y va avoir un réveil pénible, j’ai voulu être diplomate à cause de vous tous, éviter que le sang coule, mais maintenant c’est fini, j’vais le travailler en férocité, l’faire marcher à coup de lattes, à ma pogne j’veux le voir ! Et vous verrez qu’il demandera pardon et au garde à vous…

Michel Audiard
Les Tontons flingueurs
Film de Georges Lautner (1963)
Dialogue sur la péniche entre Mme Mado (Dominique Davray) et Raoul (Bernard Blier)
Les tontons flingueurs
 

Le furtif ? Le client qui vient en voisin : bonjour mesdemoiselles, au revoir madame

– On parlera de ça un peu plus tard. Pour l’instant on a d’autres petits problèmes à régler, priorités aux affaires. Je commence par le commencement. Honneur aux dames. Mme Mado peut être ?

– Elle même.

– Chère madame, Maître Follas m’a fait part de quelques … Pffff …. Quelques embarras dans votre gestion, momentanés j’espère. Souhaiteriez vous nous fournir quelques explications ?

– Les explications Monsieur Fernand, y’en a deux : récession et manque de main d’oeuvre. Ce n’est pas que la clientèle boude, c’est qu’elle a l’esprit ailleurs. Le furtif, par exemple, a complètement disparu.

– Le furtif ?

Continue reading « Le furtif ? Le client qui vient en voisin : bonjour mesdemoiselles, au revoir madame »