Le lapsus d’Ivan Levaï sur La Lanterne

Quel lapsus d’Ivan Levaï lors de sa revue de presse du dimanche 19 janvier 2014 à 8h30 !
Voulant expliquer ce qu’Alain Barraton venait de lui apprendre sur la raison de l’appellation La Lanterne qui est la résidence du Président de la République à Versailles.
« Je suis allé à la Lanterne autrefois quand c’était la résidence d’André Malraux et une femme qu’il aimait bien qui s’appelait Louise Vilmorin, et Baraton me dit que vous savez-pourquoi on l’appelle La Lanterne ? C’est parce que c’est petit, hein, c’est pas grand La Lanterne, même si Michel Rocard y a ajouté une pénis… euh, une piscine et un tennis ! »
Joli lapsus pour relater que Francois Hollande, dont la vie sentimentale alimente les journaux depuis quelques jours, devrait y rejoindre l’après-midi ou le soir même, sa compagne Valerie Trierweiler.
NB. Pour la petite histoire c’est parce que la lumière vient des quatre côtés que ce lieu porte le nom de La Lanterne.

Ivan Levaï
France Inter
Le 7-9, dimanche 19 janvier 2014
Dans l’émission de Patricia Martin et Fabrice Drouelle.

Écouter le lapsus sur le podcast de France Inter (à partir de 03:30)

 

Chaval « les oiseaux sont des cons ». Anecdote racontée par François Morel

C’est une anecdote racontée par François Morel. Chaval, dessinateur humoriste fut récompensé par Claude Contamine, le directeur d’Antenne 2, pour son film « Les oiseaux sont des cons. » A l’époque, il n’était pas de coutume de dire des gros mots à l’antenne et M. Contamine remet son prix à Chaval pour « les oiseaux sont des… oiseaux. » Chaval monte à son tour sur scène et dit : « je remercie beaucoup M. Oiseautamine. »

François Morel
France Inter
Le 7-9, dimanche 23 juin 2013
Dans l’émission de Patricia Martin et Fabrice Drouelle.
 

Histoire drôle par Alain Baraton

C’est l’histoire d’un homme qui aimait une femme. Il la demande en mariage. Elle refuse. Il viva heureux tout au long de sa vie.

Alain Baraton
France Inter
Le 7-9, samedi 15 juin 2013
Dans l’émission de Patricia Martin et Fabrice Drouelle, Alain Baraton raconte sa blague, poussé en cela par Patricia Martin.