Il faut savoir l’imaginer

Je n’ai qu’à continuer à fermer les yeux pour la voir dans toute sa beauté. Mon maître bien-aimé, Rabbi Zur, de Bialgstok, me disait toujours : « Moshé, il ne suffit même pas d’être aveugle pour la voir comme il faut. Il faut encore savoir l’imaginer. C’est un rare talent, Moshé, donné seulement aux meilleurs. Les autres ne savent que fermer les yeux. »

La danse de Gengis Cohn
Romain Gary
Gallimard
La danse de Gengis Cohn (Romain Gary)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*