La marijuana m’avait rempli comme d’un feu très doux

La marijuana m’avait rempli comme d’un feu très doux. Il faisait froid sur le toit mais tout d’un coup je me sentais chaud partout et la terre tout entière et la nuit et l’avenir paraissaient plus beaux que jamais, si la chose est possible.

Le choix de Sophie
William Styron
Gallimard
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*