Une tristesse inexplicable fondit sur lui

La limousine fit une embardée et Sarah Downes et lui furent presque projetés l’un sur l’autre. Leurs épaules se frôlèrent, le léger parfum de son eau de Cologne lui chatouilla les narines, comme une douce brise dans une clairière feuillue, et l’écho d’une vielle chanson lui effleura l’esprit.

– Pardon

Le mot sortait du micro qui permettait au chauffeur de communiquer avec eux.

– Il y avait un chien sur la route.

Sarah Downes s’écarta, avec un pâle sourire.

– Je voulais devenir aussi habile que vous, aussi je crois que je vous ai envié longtemps, dit-elle.

Sa voix lui parut lointaine.

– Mais, vous n’en êtes plus aussi certaine maintenant ? suggéra-t-il.

Elle tourna ses yeux vers lui sans rien dire.

Que voyait-il dans ces graves yeux verts ? De la pitié, peut être ? De la répulsion ?

Et qu’est-ce qui était le pire ?

Une tristesse inexplicable fondit sur lui, avec l’épuisement habituel qu’il portait comme un vieil habit, pendant que la limousine poursuivait sa route vers Monument.

Robert Cormier
A la brocante du coeur
A la brocante du coeur

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*