Les idéologies comptent moins que l’aliénation qu’elles engendrent

Peut être ne me suis-je définitivement défait de la nostalgie collective qu’en assistant, assez récemment, au film Woodstock. Ce festival pop, brusquement, a pris pour moi le visage d’un Nuremberg musical : devant cette foule qui, à la suite de Jimi Hendricks, hurlait « Liberté ! », comment ne pas songer, en effet, à celle qui, autrefois, scandait : « Heil Hitler ! » ? Les idéologies comptent moins que l’aliénation qu’elles engendrent.

Il n’y a pas de drogués heureux
Dc Claude Olivenstein
Robert Laffon
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*