Le seul risque auquel il s’expose est de confondre le réel avec ce qu’il projette

Sa mémoire est en effet aussi précise que la photographie récemment découverte et, surtout, Grégor manifeste le don de se représenter intérieurement les choses comme si elles existaient avant leur existence, les voir avec une telle précision tridimensionnelle que, dans le mouvement de son invention, jamais il n’a besoin de croquis, de schéma, de maquette ni d’expérience préalables. Ce qu’il imagine étant immédiatement considéré comme vrai, le seul risque auquel il s’expose, et peut être s’exposera toujours, est de confondre le réel avec ce qu’il projette.

Des éclairs
Jean Echenoz
Les éditions de minuit
Jean Echenoz, des éclairs
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*