IL faut parfois être patient et laisser du temps au temps

Si l’on s’est laissé porter dans sa carrière jusque là, à quarante ans il faut trouver un appui pour franchir de nouveaux échelons. Chez quelques-uns on sent un très fort potentiel et il faut arriver à casser délicatement mais suffisamment la coque de la noix pour y révéler le cerneau, mais gare aux déceptions. Il faut bien les deux, le beau cerneau qui existe avant d’être révélé et le casse-noix adapté pour le découvrir sans le briser. Il faut parfois être patient et laisser du temps au temps.

Entretien avec Alain S.
Directeur dans une grande entreprise française
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*