Mademoiselle Parkinson, des jours elle me fout un peu la paix, d’autres fois, rien à faire

Après une série de conneries que je vous raconterai peut être un jour, si ma main permet – ah oui, parce qu’il y a aussi ma main, maintenant, mais elle, c’est pas Adolf, c’est mademoiselle Parkinson, des jours elle me fout un peu la paix, d’autres fois, rien à faire. Comme aujourd’hui tiens. Je me cramponne au stylo d’une main, de l’autre à la table, tout ça pour mouler un pauvre gribouillis illisible, un mot toutes les cinq minutes. Faudrait que je vous montre le fac-similé, mais j’ai honte. Claviste, pardon.

François Cavanna
Lune de miel
Gallimard
lune de miel
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*