Miss Parkinson

On fait face. Cette carcasse rechigneuse, on la connaît. Dans les coins. Elle peut toujours nous tourmenter, mais ses procédés ne peuvent plus vous surprendre, même si elle met le paquet et pousse la pression. Cette douleur devenue infernale, mais c’est une vieille connaissance ! Ce cœur qui soudain exagère a toujours asticoté son bonhomme. On s’adapte. On fait le bilan.

On se dit : D’accord. Il faut ralentir. Mettre la pédale douce. Mais pas arrêter ! La carcasse, je l’ai en main, on connaît ses tours, l’un dans l’autre, rien n’a changé. Ou si peu… Bon pied, bon œil, la carcasse suivra. Jusqu’à… Jusqu’à… Ben oui, jusqu’à quoi !

Non. Pas jusqu’à… avec points de suspension. L’archange est à la porte, qui attend. Il vient pour l’Annonciation, c’est son job. Donc il annonce :

– Parkinson.

Et puis s’envole. Pas que vous à s’occuper.

François Cavanna
Lune de miel
Gallimard
lune de miel
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*