Quand Morgan boit, hurle-t-il, tout le monde boit

Dans le respectueux silence aussitôt installé, John Pierpont Morgan s’approcxhe pesament du bar en commandant deux bières d’une voix d’ogre, et le barman s’exécute à toute vitesse en tremblant légèrement. Puis regardant alentour la clientèle figée en cercle autour de lui, chacun tenant respectueusement son chapeau à deux mains contre sa poitrine, le financier décide de créer un peu d’ambiance. Quand Morgan boit, hurle-t-il, tout le monde boit.

Ovation, enchantés par cette perspective, tous les consommateurs commandent aussitôt au moins une bière et les conversations reprennent avec les chopes entrechoquées, la musique et le reste à l’avenant jusqu’à ce que John Pierpont Morgan, ayant très vite vidé son verre, plaque sur le bar une pièce de dix cents dont l’impact, d’un coup, annule le tumulte. Tout se tourne de nouveau en silence vers lui qui projette sur le monde un regard circulaire avant de vociférer derechef. Quand Morgan paie, s’époumone-t-il, tout le mode paie. Suivi de Gregor, il regagne la porte d’un pas vif, les clients atterrés fouillent leurs poches, la construction de la tour peut commencer.

Des éclairs
Jean Echenoz
Les éditions de minuit
Jean Echenoz, des éclairs
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*