Miss Parkinson se frottait les mains

D’ailleurs le neurologue ne m’avait-il pas assuré que mon cas semblait ressortir à une forme fruste de la maladie, qu’on pouvait espérer qu’elle n’évoluerait pas trop, pas trop vite, que je n’aurais peut-être pas à subir les degrés gravissimes de la saloperie. Je ne demandais qu’à le croire. Cependant, je ne pus me tenir de lui dire :

Parce qu’à mon âge, n’est-ce pas, on a quelque chance de mourir avant, d’autre chose. C’était un honnête homme. Ses yeux me disaient « Oui. » Miss Parkinson se frottait les mains.

François Cavanna
Lune de miel
Pages 259 et 260
Gallimard
lune de miel
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*