Il enseignait les lettres dans le sable et le calcul avec des cailloux et des noix

Jacques-le-tisserand ouvrit son école dans la salle commune de son logis. Les écoliers se plaçaient entre le métier à tisser et le haut lit entouré de rideaux. On poussait la table pour que le centre de la pièce se transforme en salle de classe. Dans un coin, Jacques étendit du sable. (…)

Les enfants s’agenouillaient, un bâtonnet dans la main, et traçaient sur le sable les lettres de l’alphabet en recopiant le modèle que Jacques dessinait lui même.

Lorsque tout était recouvert de signes, Jacques-le tisserand effaçait avec une planche qui égalisait le sable et l’on recommençait. (…)

Comme la plupart des autres maîtres d’école du village, Jacques-le-tisserand enseignait donc les lettres dans le sable et le calcul avec des cailloux et des noix.

Les mouchoirs rouges de Cholet
Michel Ragon
Albin Michel
Michel Ragon - Les mouchoirs rouges de Cholet
Page 261
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*