J’en ai pleuré toute la nuit et ce fut mon premier grand chagrin

Au début, je ne savais pas que Madame Rosa s’occupait de moi seulement pour toucher un mandat à la fin du mois. Quand je l’ai appris, j’avais six ou sept ans et ça m’a fait un coup de savoir que j’étais payé. Je croyais que Madame Rosa m’aimait pour rien et qu’on était quelqu’un l’un pour l’autre. J’en ai pleuré toute la nuit et ce fut mon premier grand chagrin.

Émile Ajar (Romain Gary)
La vie devant soi
Mercure de France
La vie devant soi, Emile Ajar, Romain Gary
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*