Pendant un demi-siècle, les bourgeoises de Pont-l’Eveque envièrent à Mme Aubain sa servante Félicité

Pendant un demi-siècle, les bourgeoises de Pont-l’Évêque envièrent à Mme Aubain sa servante Félicité.
Pour cent francs par an, elle faisait la cuisine et le ménage, cousait, lavait, repassait, savait brider un cheval, engraisser les volailles, battre le beurre, et resta fidèle à sa maîtresse, – qui cependant n’était pas une personne agréable.

Un cœur simple
Trois contes
Gustave Flaubert
Louis Conard, libraire-éditeur
Trois contes Gustave Flaubert
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*