On pourrait dire que je me sentirais beaucoup mieux si j’arrivais à me sentir moins bien

Je passe au moins une heure ici, à chaque fois, avant de m’en aller. Dans l’espoir, sans doute, de susciter un chagrin de circonstance, à force d’acharnement. On pourrait dire que je me sentirais beaucoup mieux si j’arrivais à me sentir moins bien, si j’étais capable de tordre les mouchoirs à la pelle ici sur mon banc, sans poser tout le temps ce regard en coin sur moi-même pour vérifier si mes larmes sont vraies.

Katarina Mazetti
Le mec de la tombe d’à côté
( page 8 )
Babel
Le mec de la tombe d'a cote
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*