Si la critique est associée à une proposition constructive d’amélioration, je suis alors sincèrement reconnaissant

D’abord, qui accepte volontiers la critique ? Vous ? Votre rédacteur en chef ? Tony Blair ? La Pape ? Tout le monde réagit assez vertement face à une critique injustifiée. Je ne suis en ce sens qu’un homme ordinaire avec du bon sens. Si la critique est associée à une proposition constructive d’amélioration, je suis alors sincèrement reconnaissant. Mais si la critique se veut une arme, si elle est subjective, personnelle, blessante ou même préjudiciable à la réputation, alors je réagis comme un bête sauvage.

Nicolas G. Hayek
Au delà de la saga Swatch
Page 162
Albin Michel
Nicolas Hayek, la saga swatch
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*