Swatch – Suisse – 60 D.M.

Nous sommes arrivés à convaincre la banque de notre projet un peu fou de suspendre sur la façade d’un building une montre Swatch en plastique de 140 mètres de haut et qui, il va sans dire, fonctionnerait parfaitement. Et c’est ce que nous avons fait. Avec une simple inscription : « Swatch – Suisse – 60 D.M. » Notre message était très clair. Souvenez-vous. Premièrement, excellente qualité – ce que garantissait le « made in Switzerland » ; deuxièment, prix attractif – 60 D.M. por une montre suisse, ce n’est vraiment pas cher ; troisièmement, provocation – ce qu’incarnait parfaitement cette montre en plastique accrochée sur un bâtiment énorme et très onéreux en acier, béton et verre, décoré de marbre et d’or. Outre la provocation, notre communication exprimait aussi la joie de vivre.

Le message a été compris en un clin d’oeil. J’ai moi-même été étonné. En trois semaines, chaque bébé en Allemagne savait ce qu’était la Swatch. Les gens étaient amusés et appréciaient. O.K., toute cette affaire nous a coûté beaucoup d’argent. Mais cela valait vraiment la peine. En très peu de temps, nous avions positionné la Swatch. A partir de ce moment-là, tout a marché comme sur des roulettes. Il est clair que nous avons constamment dû affronter de nouvelles embûches, mais aucune n’a pu stopper la poussée victorieuse de la Swatch.

Nicolas G. Hayek
Au delà de la saga Swatch
Page 94
Albin Michel
Nicolas Hayek, la saga swatch
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*