La Provence. Nulle part au monde on ne s’occupe à en faire si peu en y prenant autant de plaisir.

Les autres découvertes de la journée étaient toutes encourageantes : une maison qui deviendrait facilement merveilleuse, un village délicieux et deux des plus belles femmes qu’il eût rencontrées depuis des mois. Et, le plus important peut être, cette sensation au fond de lui qu’il était fait pour la Provence. Un autre des précieux conseils d’Oncle Henry lui revint en mémoire : « Nulle part au monde on ne s’occupe à en faire si peu en y prenant autant de plaisir. Un jour tu comprendras. »
Il régla l’addition et laissa un gros pourboire. Les clients étaient encore nombreux mais Fanny trouva le temps de lui dire bonsoir en l’embrassant sur les deux joues. Il émanait d’elle un parfum à faire rêver n’importe quel jeune homme.
– A bientôt ? s’enquit-elle.
Max hocha la tête en souriant.
– Je pense bien.

Peter Mayle
Le bon cru
Pages 69 et 70
Nil Éditions
un bon cru de Peter Mayle
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*