Energies fossiles, cri d’alarme

Pour bien comprendre les mécanismes, il faut remonter au début de l’ère industrielle, vers 1e milieu du XVIIIe siècle. À partir de là s’enclenche l’économie actuelle, basée sur les combustibles fossiles et en particulier le pétrole, le gaz et le charbon, ressource un peu plus ancienne. On a achevé de voir la nature comme lieu d’émerveillement pour en faire un matériau inerte, susceptible d’être exploité. Nous en avons abusé, non seulement comme des exploitants, mais aussi comme des exploiteurs. Nous avons fait très fort, réussissant le tour de force de vider en deux siècles (le pétrole arrive à terme dans trente ans) l’ensemble des réserves de pétrole formées dans le ventre de la terre, pendant des millions d’années. Le gaz suivra rapidement, à peu près vingt ans après. Toute l’économie contemporaine, presque uniquement fondée sur ces combustibles, est remise radicalement en question. Il en est de même pour les autres produits des mines. La France les a vidé ; le charbon du Nord Pas-de-Calais est fini ; il n’y a plus de minerai de fer, ni de charbon lorrain ; nous avons réussi à user jusqu’à la corde ces ressources et le même mouvement se dessine sur la planète tout entière.

Il en est de même pour les minerais,minéraux, l’uranium, avec des dates butoirs qui, si elles sont discutables, ne dépassent pas significativement le siècle. Seule exception, le charbon. Au rythme actuel, si on continue, on peut imaginer une terre pratiquement sans ressource à offrir à partir de son sous-sol.

L’écologie pour tous
Jean-Marie Pelt
Éditions du Jubilé
L'écologie pour tous. Jean-Marie Pelt
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*