La décontraction ne vient qu’après la bataille, pas avant.

Jean Stablinski est un coureur libre. Libre de ses mouvements, libre de ses paroles. Il est rapide, il est volontaire, il sait gagner. Il est si libre qu’il peut parfaitement se mettre au service d’un leader lorsque son esprit de liberté le commande. Il est un coureur professionnel qui compte et sait compter. Anquetil regarde avec envie le maillot de champion du monde qu’il a adopté il y a un an afin de se changer des innombrables maillots de champion de France. C’est un coureur d’un jour redoutable. (…)
Lorsqu’il dresse un rare portrait de celui dont il fut le plus brillant, le plus dévoué et le plus fidèle lieutenant, il mérite d’être écouté. (…)
La portrait qu’il dresse du coureur est lucide, celui qu’il dresse de l’homme est fin : « Ce n’est pas un garçon tellement facile dans la vie courante. Il est beaucoup plus soucieux qu’on le pense. La décontraction ne vient qu’après la bataille, pas avant. » Il insiste sur les prétendus excès alimentaires de Jacques en suggérant que ce sont des faits de course. Il s’agit de guerre psychologique : le homard thermidor est une arme contre ses adversaires au régime et du pain bénit pour les journalistes.

Paul Fournel
Anquetil tout seul
Pages 101 et 102
Seuil
Anquetil tout seul
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*