L’amphétamine est ennemie de la mémoire, elle efface les mauvais moments mais aussi les bons, ce qui est dommage

Il est vrai que les coureurs, dans leur ensemble, racontent mal les courses. On jurerait qu’ils n’y étaient pas. Aveuglés derrière la grande muraille d’échines, bornés par un horizon de fesses. D’un coup ils sont devant, d’un coup ils sont derrière… Après l’arrivée, motus. Le lendemain ils racontent ce qu’ils ont fait comme les journalistes le racontent, comme ils l’ont lu dans le journal. Dans cette absence de lucidité immédiate, il faut aussi compter avec l’effet de brouillage des pilules et des piqûres qui font voir la course en flou. L’amphétamine est ennemie de la mémoire, elle efface les mauvais moments mais aussi les bons, ce qui est dommage.

Paul Fournel
Anquetil tout seul
Page 143
Seuil
Anquetil tout seul
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*