Il ne reste rien. Le temps les a emportés.

Dans ces temps-là, Ménilmontant et Belleville étaient des quartiers de fête. On allait y écouter de la musique, on sortait voir des films, s’installer sur les terrasses. Il y avait toujours du monde dehors.
Les gens qui vivaient ici exerçaient de petits métiers. alors, c’étaient les arts populaires qui marchaient le mieux. Là où il ne fallait pas dépenser des sommes immenses pour passer les après-midi et où l’on pouvait emmener les femmes s’amuser sans se ruiner et se chausser pour quelques pièces.
Mais j’étais trop jeune pour çà. Aujourd’hui, tout a disparu. Du Cocorico, du Ménil Palace, des Cinématographes parisiens, du Belleville-Pathé ou de nombreuses salles qui peuplaient le quartier, il ne reste rien. Le temps les a emportés.

Rachel Jedinak
Nous étions seulement des enfants
Pages 26 et 27
Fayard
Rachel Jedinak
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*