Nul ne l’ignore, la première vue ne voit rien.

Au sein du peuple arithméticien qui inventa jadis la calculette, cette dame entretenait un rapport insolite aux chiffres. Peu de choses à première vue la différenciaient des autres cinquantenaires ; mais, nul ne l’ignore, la première vue ne voit rien.
En cette province de Guangdong, madame Ming trônait sur son trépied, au sous-sol du Grand Hôtel, entre les carreaux de céramique blanche et les néons éblouissants, dans ces toilettes à l’odeur de jasmin où elle exerçait la charge de dame pipi.À ce métier qui mortifie les âmes maussades, madame Ming avait restitué sa noblesse : elle régnait au centre de l’univers. Lors des congrès et séminaires organisés quotidiennement à l’étage supérieur, c’est en courant que vous arriviez vers elle ; à son abord, vous ralentissiez, vous piétiniez, vous vous immobilisiez ; sa muette majesté intimidait ; vous vous incliniez, vous l’imploriez des yeux, vous mendiiez la permission d’accéder à son royaume.

Éric-Emmanuel Schmitt
Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus
Page 3
Albin Michel
Les dix enfants que madame Ming n'a pas eus
 

Jobs aimait à dire que tout projet réussi nécessitait, à un moment donné, de faire machine arrière.

Jobs aimait à dire que tout projet réussi nécessitait, à un moment donné, de faire machine arrière. Pour chaque réalisation, il avait dû retravailler un élément qui s’était révélé imparfait. C’était arrivé avec Toy Story, quand le personnage de Woody était devenu antipathique, et à plusieurs occasions avec le Macintosh d’origine. « Si quelque chose ne fonctionne pas, on ne peut pas se contenter de l’ignorer en se disant qu’on règlera le problème par la suite. Ça, c’est ce que fait la concurrence. »

Walter Isaacson
Steve Jobs
(Page 427)
Editions JC Lattès
Steve Jobs, par Walter Isaacson
 

Miss Parkinson n’est pas patiente

Il m’était, en peu de temps, devenu impossible d’écrire. C’est même cela qui m’avait incité à revoir le médecin. Ma main allait où elle voulait, non où je voulais qu’elle aille. J’ai une phrase en tête, tout naturellement elle me coule du cerveau au bout des doigts, qui se mettent en devoir de la tracer, l’ensemble cerveau-doigts ne forme qu’un. Cela s’effectue pour ainsi dire tout seul, tandis que les doigts tracent les mots le cerveau conçoit déjà la phrase suivante, ça trotte à un bon petit rythme de croisière, et bon, cela s’appelle écrire. Mais voilà que l’harmonie cerveau-main partait à vau-l’eau » Je n’arrivais pas à comprendre ce qui m’arrivait.

Miss Parkinson n’est pas patiente. Elle se demandait pendant combien de temps encore j’allais ignorer sa présence et ses cadeaux.

François Cavanna
Lune de miel
Pages 260 et 261
Gallimard
lune de miel