Un coup de braguette magique

Lorsqu’il m’apercevait dans les bureaux, Villandreux me saluait d’un geste désinvolte. Anna avait commis l’erreur de venir me chercher au journal deux ou trois fois. Cela avait suffit pour que toute la rédaction me regarde comme « celui-qui-baise-la-fille-du-patron ». Je comprenais que Villandreux, par ailleurs monstre d’indélicatesse, put s’attacher à l’idée qu’il se faisait Continue reading « Un coup de braguette magique »