Pire qu’avant. Ta déception, ton désespoir elle se les savoure à longs traits, l’immonde

Ça s’appelle la « lune de miel ». Classique, paraît-il, chez les Parkinson. La gueuse s’amuse. Chat et souris. La souris, c’est moi. Elle vous donne des espérances. Elle lâche l’étreinte. Un matin, plus de douleurs. Je n’ose y croire. Tâte de l’orteil si elle est bonne. Me redresse. M’étire. Chante sous la douche. Lâche la rampe de l’escalier. Écris. Miracle ! Écris. Sans me battre pour conquérir chaque signe, chaque virgule. J’aime les virgules. Je noircis des pages en grand enthousiasme, ça dégouline ! Direct du cerveau au papier. Deux jours. Parfois trois. La dévorante a assez joué. En plein paradis, hagne donc, elle reprend possession. Pire qu’avant. Ta déception, ton désespoir elle se les savoure à longs traits, l’immonde.

François Cavanna
Lune de miel
Page 217
Gallimard
lune de miel
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*