Ils ont apparemment été impressionnés par son zèle maniaque

Alors que le petit Nils s’est jeté dans la pagaille rempli de coussins avec un hurlement de bonheur, Arvid est resté près du mur à regarder passivement les autres enfants jouer.

J’ai été jusqu’à imaginer qu’il avait déjà adopté la philosophie moraliste de Benny. C’est quoi ces balivernes et ces futilités ? N’y-a-t-il personne pour travailler ici ?

Quand ils lui ont proposé de tisser des petits bouts de tapis, il s’est calmé. Ensuite ils n’ont pas pu l’arrêter, il tissait les tapis à la chaîne comme un pauvre enfant esclave en Asie. les autres mômes le regardaient avec de grands yeux, ensuite ils ont apparemment été impressionnés par son zèle maniaque et ont voulu tisser, eux aussi. A la fin, toute la crèche s’était transformée en usine à tapis, le personnel n’arrivait plus à faire sortir les mômes au bac à sable, tout le monde craignait une visite de l’inspecteur du travail…

Katarina Mazetti
Le caveau de famille
(page 173)
Gaïa éditions
Le caveau de famille

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*