Elle était une de ces femmes qui ne savent plus quoi faire quand elles sont si belles

Genia était d’un beauté dont on disait autrefois qu’elle fait des ravages, une expression un peu passée de mode aujourd’hui, sans doute en raison de l’inflation dans les ravages que le monde a connu depuis. Très mince, mais de cette minceur qui fait un détour respectueux aux hanches et à la poitrine, elle était une de ces femmes qui ne savent plus quoi faire quand elles sont si belles.

Romain Gary
Les cerfs-volants
(Page 41)
Gallimard
les cerfs volants
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*