A Kaboul, c’était une simple branche arrachée à un arbre qui nous faisait office de carte de crédit.

A Kaboul, c’était une simple branche arrachée à un arbre qui nous faisait office de carte de crédit. Hassan et moi la présentions au boulanger, qui pratiquait des entailles dessus avec son couteau – une par naan sorti pour nous du tandoor brûlant. A la fin de chaque mois, mon père lui réglait le nombre total d’encoches. Point. Pas de question. Pas de carte d’identité.

Khaled Hosseini
Les cerfs volants de Kaboul
Belfond
Les cerfs volants de Kaboul
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*