Les larmes ont changé de camp

Je passe devant une porte emplie de chiards en couveuse. Je m’arrête. Chaque nourrisson se trouve dans un aquarium avec une petite porte comme pour nourrir des oiseaux. Ils hurlent tous. Je m’approche vers mon gosse parce que je viens de reconnaître ses pleurs parmi les autres. L’infirmière me dit : « Vous pouvez lui toucher le ventre et lui parler, ça le calmera. »

Pour la première fois de ma vie, je m’adresse à un tube digestif : « Bonjour Hippolyte, c’est moi, c’est Nicolas. C’est normal que tu dégustes parce que l’accouchement a ressemblé à Massacre à la tronçonneuse version Blue Ray. Mais vous avez assuré, ta mère et toi. Eh, petit, c’est peu dire que vous avez assuré. T’es courageux comme ta mère, mon pote. Ça va aller, je te jure que ça va aller de mieux en mieux. »

Il s’est endormi assez vite et les larmes ont changé de camp.

Nicolas Rey
Un léger passage à vide
AU DIABLE VAUVERT
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*