Tant qu’il existera des fenêtres

D’instinct, je marchai vers la fenêtre. Je collai mon front à la vitre et je sus que c’était cela qui me manquerait : il n’était pas donné à tout le monde de dominer la ville du haut du quarante-quatrième étage.

La fenêtre était la frontière entre la lumière horrible et l’admirable obscurité, entre les cabinets et l’infini, entre l’hygiénique et l’impossible à laver, entre la chasse d’eau et le ciel.

Aussi longtemps qu’il existerait des fenêtres, le moindre humain de la terre aurait sa part de liberté.

Amélie Nothomb
Stupeur et tremblements
Albin Michel
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*