Que d’histoires parce que le roi aime à se rôtir le balai dans ma fille.

Gabriel de Rochechouart, duc de Mortemart, se sert une petite eau de cerise, en propose à son gendre qui refuse d’un geste en soupirant :
– Donc, il n’y a que mon oncle – Henri Gondrin, l’archevêque de Sens – pour prendre mon parti… Lui, blâme en plaine chaire l’adultère du roi.
– Sa majesté l’amadouera avec un chapeau de cardinal. Louis-Henri, être cocu, c’est la chance de votre vie. Ne la ratez pas, elle ne repassera pas.
– Comment peut-on penser que je me tairai, m’en accommoderai ?…
– Vous êtes fou.
– Fou de Françoise.
Continue reading « Que d’histoires parce que le roi aime à se rôtir le balai dans ma fille. »

 

Ce n’était pas exactement un déclic, plutôt comme quand je touche une clôture électrique

– Ça vous dirait… de venir faire un tour au cimetière ? Elle m’a longuement regardé.
– Alors là, je suis sûre que vous dites cela à toutes les filles ! a-t-elle dit, et ensuite elle a souri comme une gamine en vacances.
A partir de cet instant j’ai des trous de mémoire, mais je sais que plus rien n’était difficile à gérer ni inquiétant.
Elle a pris son manteau et on est partis. J’ai même trouvé son chapeau en feutre joli. Avec les champignons et tout.
On est allés dans un restaurant et je n’ai pas la moindre idée de ce qu’on a mangé ou dit. Si, une chose. Quand j’ai voulu payer pour nous deux, elle a dit : « Oui, merci. C’est mon anniversaire aujourd’hui, j’ai trente-cinq ans. Ça me fera un cadeau. »
Pour le coup j’ai compris deux choses.
Elle ne comptait pas avoir d’autres cadeaux.
Et je suis tombé amoureux d’elle.
Ce n’était pas exactement un déclic, plutôt comme quand je touche une clôture électrique.

Katarina Mazetti
Le mec de la tombe d’à côté
(page 58)
Babel
Le mec de la tombe d'a cote
 

L’homme eut le même regard qu’un cerf ébloui par des phares en pleine nuit

Au volant, un homme d’une cinquantaine d’année en complet-veston. La jeune fille qui occupait le siège passager avait dû choisir sa tenue dans le catalogue Quelle Pouf, comme les filles du centre commercial le lui avaient appris récemment.

Avec un grand sourire, Myron se pencha vers le conducteur.

– Woah, monsieur, en vacances avec votre fille ?

Continue reading « L’homme eut le même regard qu’un cerf ébloui par des phares en pleine nuit »

 

Une sorte de merveilleuse absence de tout

Il rit. Elle adorait les petites rides qui se formaient autour de ses yeux, lorsqu’il riait. On disait évidemment qu’elle était amoureuse de son père. et qu’il était amoureux de sa fille. Cela faisait partie du bagage intellectuel du con moyen. Mais c’était beaucoup plus grave que ça. elle l’aimait comme on aime son enfant.

 » Tu sais, je regrette parfois que tu sois comme tu es. »

Il prît un air scandalisé.

« Jess !

– Oui, je regrette que tu ne sois pas un salaud. Nous aurions pu être si tranquilles. Et ma mère ne t’aurait pas quitté.

– Peut-être parviendrai-je un jour. Moi aussi, j’ai mes rêves de grandeur.

– Où en es-tu ?

– En plaine forme. Parfois je me réveille au milieu de la nuit, et je ne sens rien. Absolument rien. Un vrai triomphe. Une sorte de merveilleuse absence de tout. Bref, je peux dire que moi aussi, j’ai connu le bonheur. Ou bien, m’asseoir au bord du lac par une belle nuit sans lune, et n’éprouver rien. Oui, je crois que je suis guéri.

Adieu Gary Cooper
Romain Gary
Gallimard
 

Cela faisait voir aux filles qu’ils connaissaient la botanique

Ils montèrent l’avenue Gambetta à pas lents, en braillant comme des Parisiens à la campagne. Ils ne pouvaient pas voir du lilas sans crier « Oh! du lilas. » C’était inutile. Mais cela faisait voir aux filles qu’ils connaissaient la botanique.

Vercoquin et le Plancton
Boris Vian
Gallimard