Je sens que c’est pas du bon

Là-dessus, on reçoit une lettre avec « République Française » sur l’enveloppe et la tête de Marianne. Maman n’osait pas l’ouvrir. Elle disait : « Je sens que c’est pas du bon. » Et en effet.

C’est moi qui l’ai lue, la lettre. Maman n’osait pas. Papa ne savait pas. « Vous êtes prié de vous présenter à la Préfecture de Police, service des travailleurs étrangers, bureau tant et tant. » Il y avait en plus un coup de tampon tout de travers, à moitié mal tamponné, qui ordonnait : « Muni de votre carte d’identité. »

J’ai prévenu à l’école que je viendrais pas ce jour-là, j’ai pris papa par la main, sa grosse main qu’on aurait crue toujours encroutée de ciment, et nous voilà partis. Maman pleurait comme si on partait pour la guerre.

François Cavanna
Lune de miel
Gallimard
lune de miel
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*