Un, ce gars était incroyablement futé. Deux, je ne comprenais rien à ce qu’il me racontait.

Quand, de guerre lasse, Burge accepta defair un saut au garage de Jobs, il se dit : « Encore un dingue. Je passe deux minutes pour avoir la paix et je m’en vais. » Mais quand il se retrouva face à Jobs, hirsute et crasseux, deux détails le saisirent : « Un, ce gars était incroyablement futé. Deux, je ne comprenais rien à ce qu’il me racontait. »

Walter Isaacson
Steve Jobs
(page 106)
Editions JC Lattès
Steve Jobs, par Walter Isaacson
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*