Steve ! Xerox était notre riche voisin à tous les deux, et quand je suis entré chez lui pour lui voler sa télévision, j’ai découvert que tu l’avais déjà emportée !

Jobs était furieux. Il ne pouvait pas faire grand-chose – Microsoft n’étant pas dans l’illégalité – mais il voyait rouge quand même. « Convoque-moi Bill immédiatement ! » ordonna-t-il à Mike Boich, qui était « l’évangéliste » d’Apple auprès des sociétés informatiques. Gates vint seul et prêt à ferrailler avec Jobs. « Il m’avait fait venir pour me passer un savon. Je suis descendu à Cupertino, comme un soldat aux ordres. Je lui ai dit tranquillement : « On va développer Windows. Car nous aussi, on mise sur l’interface graphique »  »
La scène se passait dans la salle de réunion ; Gates était entouré par dix employés d’Apple venus assister à la curée. « Je regardais, fasciné, Steve qui hurlait sur Bill, » raconte Hertzfeld. Sur ce point Jobs ne déçut pas ses troupes.
– C’est un coup en traître ! On t’a fait confiance et maintenant tu nous fais les poches !
Gates soutint le regard de Jobs, puis se mit à crier lui aussi, de sa voix de fausset :
– Il y a une autre façon de voir les choses, Steve ! Xerox était notre riche voisin à tous les deux, et quand je suis entré chez lui pour lui voler sa télévision, j’ai découvert que tu l’avais déjà emportée !

Walter Isaacson
Steve Jobs
(pages 214 et 215)
Editions JC Lattès
Steve Jobs, par Walter Isaacson
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*